MENU SERGE PEY / POÉSIE D'ACTION
 
1. BIOGRAPHIE 2. BIBLIOGRAPHIE 3. MUSÉE VIRTUEL 4. INTERNATIONALE DU RHYTME 5. ACTUALITÉ 6. CONTACT

 
I. Emeute et Tribu II. Symbolique III. Les bâtons IV. L'engagement V. Le théâtre VI. La performance
VII. Poétique VIII. Oeuvre sonore IX. Plasticien X. Les ateliers XI. Editions XII. Poèmes

 

 

X. Atelier/séminaire de poésie de l'Université du Mirail.

 

La poésie d’action est une rupture dans les frontières de l’art. 
Un poème, aujourd’hui, n’est plus seulement une forme codifiée d’une catégorie de l’expression littéraire. Il s’ouvre à d’autres territoires où  les formes questionnent la pensée qui se retourne comme un serpent sur ses propres mues.  
Son travail, autour des rituels du langage, des phénomènes de possession ou de dépossession dans la pratique orale du poème, des relations  entre l’écriture et le corps, l’a conduit à explorer les écritures de la performance, du happening, de la poésie visuelle, de l’agit-prop, du théâtre, de l’ethnopsychiatrie et de l’écriture cinématographique.
Ainsi les supports du poème ne sont pas uniquement, pour ce poète des bâtons, le livre ou le disque mais le cinéma, internet, la vidéo ou les murs de nos cités. Les travaux de Pasolini comme ceux de Walter Benjamin, de Foucault ou de Deleuze ou d’Henri Meschonnic, parmi d’autres,  sont pour lui une boussole dans les écritures du monde. 
Si la poésie intéresse Serge Pey dans son prisme lin-guistique ou littéraire, elle reste aussi pour lui une pensée. 
En ces temps de marchandisation et d’instrumentalisation de la culture l’espace qu’il a ouvert à l’Atelier-séminaire, nommé par ses membres, le quartier général  reste celui d’une résistance, d’une pensée et d’une éthique.

Ouvert aux expressions nouvelles, l’Atelier/séminaire de poésie du CIAM de l’Université du Mirail  configure, depuis plus de vingt ans déjà, la géométrie d’un université populaire de la poésieinterrogeant les relations complexes qu’entretiennent la vie et le langage et les relations entre l’espace de l’écriture et celui du corps.
« Ce qu’on appelle la culture, c’est l’ensemble des réponses mystérieuses que peut se faire un homme, lorsqu’il regarde dans une glace, ce qui sera son visage de mort. » disait André Malraux. 
Le département de poésie du Ciam témoigne d'une résistance intellectuelle dans l'articulation qui lie l'exercice du poème àla société.

Au début des années quatre-vingt, avec le Centre de promotion culturel de l’Université du Mirail, Serge Pey lança une série d’événements internationaux importants de performance et de poésie directe. Parmi ceux-ci on peut remarquer les Rencontres internationales de poésie contemporaines, lesContinents de la parole ou le Rassemblement contre toutes les inquisitions.
On peut relever parmi les compagnons de route qui partagèrent son aventure les noms de François Dufrenne, Bernard Heidsieck, Jean-Jacques Lebel, Joël Hubaut, Adonis, Bernard Noël, Julien Blaine, Yves Rouquette, Michel Giroud, Bernard Manciet, Henri Meschonnic… A la fin des années 80 il ouvre une nouvelle revue CENT148 à la jeune poésie contemporaine créant un pont entre l’Université, où il dirige un atelier de poésie, et le quartier populaire du Mirail.

Des revues de poésie comme GRUPEN et DIXIT, fondées par de jeunes poètes contemporains ont vu le jour dans ce mouvement. Tout comme la revue NH3, première revue de poésie et de création des travailleurs de l’APC à Toulouse.

Universitaire au parcours atypique, Serge Pey soutint une thèse  en Histoire sur l’agitation et la propagande sous la direction de Rolande Trempé, avec Georges Mailhos, Pierre Broué et Madeleine Rebérioux en 1973.
Théoricien de la poésie d’action, disciple d’Henri Meschonnic, il est l’auteur d’une thèse sur la poésie d’action contemporaine  : "La langue arrachée, critique de la raison poétique »
Lèpres à un jeune poète, principes élémentaires de philosophie directe (DÉLIT ÉDITION) rédigé pour ses étudiants de l’université, est un apport théorique fondamental à la théorie de la poésie d’action du XXI° siècle.
Maître de conférence, membre de l'UMR (Unité mixte de recherche) A.C.T.E. (Art, création, théorie, esthétique) Sorbonne-CNRS, il dirige l'atelier-séminaire Les Chantiers d'art provisoire de l'Université de Toulouse II Le Mirail.