MENU SERGE PEY / POÉSIE D'ACTION
 
1. BIOGRAPHIE 2. BIBLIOGRAPHIE 3. MUSÉE VIRTUEL 4. INTERNATIONALE DU RHYTME 5. ACTUALITÉ 6. CONTACT

 
I. Emeute et Tribu II. Symbolique III. Les bâtons IV. L'engagement V. Le théâtre VI. La performance
VII. Poétique VIII. Oeuvre sonore IX. Plasticien X. Les ateliers XI. Editions XII. Poèmes

 

 

IV. Une Oeuvre engagée.

 

La poésie témoignante de Serge Pey surgit comme une barricade au milieu de la poésie précieuse,poétisante et courtisane de notre siècle. Elle s’inscrit dans un mouvement d’avant-garde radical, qui ouvre de nouveaux espaces dans la rupture des frontières de l’art. Cette poésie, que parfois son auteur a nommé poésie publique, ne s’arrête pas à la publication d’un texte. Elle est  une mise en situation de sa parole. En ce sens l’auteur de la Dialectique de la Tour de Pise ou de Lèpres à un jeune poète est un poète situationniste. Un poème pour Serge Pey « s’agit » et se déploie dans un lieu, un temps et un contexte. 

Indissociable de son combat pour la libération de l’humanité, son chemin de poète l’a mené à partager les luttes des peuples du monde. Dans la revue ÉMEUTE, il inscrit de suite dans ses colonnes le débat entre poésie et révolution. Membre du collectif pour la libération de Vaclav Havel, il met en place diverses actions  signées par un vers de Maïakovski : Je dévorerai la bureaucratie comme un loup.
Avec Jacques Donguy, il publie en 1975, une anthologie de la poésie polonaise sous l’état de siège.
De nombreux livres parsèment son mouvement solidaire et engagé : en 1977 il rédige Minute hurléesur l’Agenda de la résistance chilienne publié par le MIR et Couvre-feu,  témoignage de son séjour sous l’état de siège à Santiago en 1984. 
Interrogatoire (CIPM) est dédié aux assassins de Tahar Djaoud en Algérie. 
Depuis les événements du Chiapas il a ouvert sa solidarité politico-poétique à la lutte des zapatistes mexicains, menée par le sub-commandante Marcos.
En 2009, son installation plastique Tombeau pour Saartje Baartman est une dénonciation de l’oppression de la femme, du colonialisme et de l’esclavage en Afrique du Sud.
A Beaubourg et dans diverses villes de France, associé à Oreste Scalzone, il organisa une série d’action contre l’expulsion des militants italiens comme Paolo Persichetti  ou Marina Petrella.

Urine, ce poème évoquant la torture électrique a fait l’objet d’une longue campagne de performances qui dura une quinzaine d’années. Ce poème affronta directement les services de torture de diverses polices politiques. 
Serge Pey publia, au début des années soixante-dix, une anthologie de la poésie palestinienne introduite par plusieurs poèmes de Mahmoud Darwich.
Écrits comme des constructions symboliques ces poèmes témoignent aussi de la force mystique de son écriture fraternelle de Pessoa ou de Reverdy ou encore de la théologie négative d’Angélus Silesius dont il partage les labyrinthes de connaissance. Des traités d’alchimie à la pensée orientale du taoïsme jusqu’aux détours par la philosophie présocratique et gnostique sa poésie couvre des champs immenses de la spiritualité.Le travail mené par le poète autour des poésies premières s’est manifesté particulièrement par la publication et les « performances » réalisées autour du Peyotl.  Son livre, Nierika ou les mémoires du cinquième soleil , réalisé à partir de la cosmogonie et des pratiques hallucinogènes des indiens huichols a ouvert un majeur dans les littératures de l’extase, à côté de ceux de Ginsberg, de Charles Duit ou de Burroughs. Son poème, dédié aux indiens huichols, est ainsi un hommage aux langues de la vision. 
Le « Nierika », qu’il évoque, est un trou qu’il réalise dans la matière pour voir à travers elle. Ceci reste pour lui une définition de la poésie. Du côté de Lucrèce et de Spinoza sa poésie de déploie dans une spiritualité de la matière.