poésie d'action

Nanos Valaoritis

Langage ou silence

Je dois reconnaître que le langage me rend fou. Plus j’y pense plus je suis certain que c’est le langage qui est responsable de tout ce qui cloche avec moi. C’est la manière dont je l’emploie. C’est ma diction. Mon vocabulaire. Ma grammaire. Ma syntaxe. Mes phrases. Mes pronoms. Mes noms. Mes adjectifs. Tous au mauvais endroit. Tous déplacés, déstructurés et mal formés dans mon esprit. Au diable le langage. On devrait le bannir. Nous devrions revenir aux signes. Après tout les poissons se débrouillent sans lui, et les oiseaux aussi, malgré leur lamentable tendance à chanter parfois ; et les animaux grognent, grondent, aboient, miaulent et sifflent, mais même sans tout ceci, ils vaquent silencieusement à leurs affaires avec une parfaite efficacité. Je suis en faveur du nouveau silence. Plus de mots. Plus de discours. Un enseignement silencieux. Des films. Des images. Des gestes qui expliquent tout. Des regards ; des œillades ; qui parlent à un million de mots seconde. Un regard de reproche d’un être aimé peut durer toute l’éternité. Je sais que nous connaissons toutes ces choses-là. Mais nous les oublions. Alors rafraîchissons-nous la mémoire et oublions le langage. Une fois pour toutes, retournons aux Cavernes du Silence et bouchons-nous les oreilles à tout bavardage, même au discours du vent et des vagues. Aussi quand le juge suprême vous demandera de but en blanc : langage ou silence… Ne répondez rien. Il comprendra.