MENU SERGE PEY / POÉSIE D'ACTION
 
1. BIOGRAPHIE 2. BIBLIOGRAPHIE 3. MUSÉE VIRTUEL 4. INTERNATIONALE DU RHYTME 5. ACTUALITÉ 6. CONTACT

 
I. Emeute et Tribu II. Symbolique III. Les bâtons IV. L'engagement V. Le théâtre VI. La performance
VII. Poétique VIII. Oeuvre sonore IX. Plasticien X. Les ateliers XI. Editions XII. Poèmes

 
Avertissement d'incendie Clairvoyance dialectique
Comment entrer dans une maison De la liberté
Mot d'ordre Poème de négociation
Théorème de Gödel La Vérité

 

 
Théorème de Gödel

 

 

Tout système fini est incomplet
dit le théorème de Gödel

On ne peut décider de la vérité
qu'en ajoutant des axiomes
extérieurs au système fini
que nous concevons

La logique est comme un cercle
qui ne définit pas le trou
qui s'ouvre à l'intérieur
d'elle

(Nerfs qui tombent
de deux étoiles où nous poussons
la balançoire de l'infini
Os dans l'oeil
Soif d'une carte
attachée par les cheveux à la lampe
d'une géographie morte
Chien qui téléphone à un autre chien
le suicide du vent dans la mer)

L'incomplétude est cet espace
où mon amour t'aime et où le tien
me voit dans son baiser

Aucune raison ne peut accéder
à la vérité absolue dit Gödel

 

Nous parions dans l'incomplétude
une seule carte extraite de son jeu
qui n'a ni nombre ni couleur ni figure
ni main pour la tenir

Nous sommes des joueurs
autour de cette table en cercle
où le jeu joue contre nous
son propre trou

Parfois nous laissons tomber
une carte dans le trou
Parfois nous remontons
une carte de ce trou
Nous ne passons dans le trou
qu'à la condition de devenir
nous-mêmes un trou

On ne peut décider de la vérité
qu'en ajoutant des axiomes
extérieurs à notre système
même s'il est fini

Il faut s'exercer à être un trou
pour aspirer le cercle fini
qui tourne autour de ce trou